Passer de la parole aux actes en gestion de l’énergie

En tant que chefs de file en gestion de l’énergie, vous avez le privilège et la responsabilité d’être la personne-ressource au sein et à l’extérieur de votre organisation lorsque les autres ont besoin de conseils sur les meilleures pratiques de gestion de l’énergie.

 

Le cours de Professionnel certifié en gestion de l’énergie vous a aidé à vous préparer à réduire les dépenses énergétiques et les émissions de carbone dans votre entreprise, mais de quelle façon contribuez-vous personnellement à donner l’exemple à la maison et dans votre communauté? Vous voulez participer à l’atténuation des changements climatiques, mais savez-vous ce que vous pouvez faire à la maison pour avoir le plus grand impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre? S’agit-il d’éteindre les lumières, d’étendre vos vêtements sur une corde à linge au lieu de les mettre à la sécheuse ou de réduire le chauffage de 2°C dans votre maison?

 

Le premier élément d’information clé est le profil d’émissions du réseau provincial d’électricité près de chez vous. Chaque province canadienne a un profil d’émissions de GES très différent (voir le site Web de la Régie de l’énergie du Canada, anciennement l’Office national de l’énergie, pour plus d’informations).

 

Si vous habitez en Ontario, en Colombie-Britannique, au Manitoba, à Terre-Neuve ou au Québec, le réseau d’électricité est presque sans émissions, alors réduire votre consommation d’électricité vous fera économiser de l’argent, mais ne contribuera pas de façon substantielle à la réduction des GES. Si vous habitez dans ces provinces, concentrez-vous sur la réduction des combustibles fossiles pour diminuer votre empreinte carbone. Par exemple, un Ontarien moyen produit onze tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par année (comparativement à seulement 4,6 tonnes pour le citoyen moyen en Chine). La majorité de l’empreinte carbone de l’Ontarien moyen est constituée de seulement quatre actions :

  • Conduire (2,2 tonnes CO2eq/an)
  • Chauffer la maison (1,7 tonne CO2eq/an)
  • Prendre l’avion (1,4 tonnes CO2eq/an), e
  • Consommer du boeuf (0,5 tonne CO2eq/an).

 

 

Conduire

Considérez profiter des subventions fédérales pour les véhicules électriques ou hybrides allant jusqu’à 5000 $. Ces véhicules permettent d’économiser sur la maintenance et sont beaucoup plus silencieux. De plus, le couple incroyable permet une accélération beaucoup plus rapide qu’une voiture à essence. Si vous conduisez 20 000 km/année, le coût d’investissement additionnel d’une voiture électrique par rapport à celui d’une voiture à essence équivalente sera remboursé dans environ 5 ans par les économies sur l’essence et la maintenance. D’autres bonnes actions incluent l’utilisation des transports en commun, les déplacements à vélo ou le covoiturage.

 

Chauffer la maison

Plusieurs domiciles canadiens sont chauffés au gaz naturel, qui, quoique plus propre que plusieurs combustibles fossiles, contribue significativement aux émissions de carbone des Canadiens. Considérez l’achat de chauffage sans émission de fournisseurs d’énergie alternatifs ou investissez dans une thermopompe, dans la technologie héliothermique ou commencez par réduire la température d’un degré ou deux dans votre domicile.

 

Prendre l’avion

Considérez l’achat de compensations carbone, qui sont des crédits pour des réductions de gaz à effet serre réalisées par une partie qui peuvent être achetées et utilisées pour compenser les émissions d’une autre partie. Par exemple, une organisation pourrait planter un certain nombre d’arbres pour compenser les émissions de carbone de votre vol en Europe. Considérez également d’avoir recours à la vidéoconférence pour réduire les voyages ou de voyager sans bagages enregistrés pour diminuer le poids.

 

Consommer du boeuf

Considérez des choix sans viande, tels que des hamburgers végétaux et des repas végétariens à base de pois chiche, de lentilles ou d’autres légumineuses pour réduire votre consommation de boeuf.

 

Pour les professionnels de l’énergie basés dans les provinces avec une quantité considérable d’électricité produite à partir du charbon qui produit des émissions de GES très élevées telles que l’Alberta, la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse, et dans une moindre mesure, le Nouveau-Brunswick et l’IPE (qui importe la majorité de son électricité du Nouveau-Brunswick), les actions ci-dessus seront importantes. Cependant, réduire sa consommation d’électricité produira également d’importantes économies de GES, en plus d’économies sur les coûts. Les grands consommateurs d’électricité ménagers incluent les gros appareils comme les réfrigérateurs, les cuisinières électriques, les sécheuses et laveuses de vêtements, les lave-vaisselle et la climatisation; l’équipement électrique tel que les ordinateurs, les imprimantes, etc.; et l’éclairage.

 

Assurez-vous que les appareils électroniques soient branchés à des barres d’alimentation que vous pouvez éteindre afin d’éviter l’alimentation fantôme lorsque les appareils sont éteints, achetez de l’équipement Energy Star et ne faites fonctionner le lave-vaisselle/la sécheuse/laveuse que lorsqu’ils sont remplis pour réduire la quantité de brassées.

 

Gestionnaires de l’énergie – continuez votre excellent travail de gestion de l’énergie dans vos entreprises, et j’espère que les conseils ci-dessus vous aideront à « passer de la parole aux actes en gestion de l’énergie » et à être un leader à la maison, dans votre communauté, ainsi que dans votre entreprise.

 

 

À propos d’Emily Thorn Corthay

P.Eng., MASc., CEM, CMVP

 

Emily est ingénieure professionnelle, gestionnaire de l’énergie certifiée et professionnelle certifiée en mesurage et vérification avec une maîtrise en génie mécanique et plus de 15 ans d’expérience en génie énergétique, ainsi qu’en gestion de projets et de personnel. Emily est présidente de Thorn Associates, une société de conseil en gestion de l’énergie et du carbone, et ancienne directrice de l’optimisation et de la gestion de l’énergie chez Hatch Ltd., une firme de consultants en ingénierie internationale de plus de 10 000 employés. De plus, Emily est administratrice élue et directrice du groupe de travail sur l’énergie du conseil d’administration de l’Ontario Society of Professional Engineers (OSPE), ainsi qu’une membre du comité d’audit et de finance de l’OSPE.

 

Lauréate du prix RelèveTO pour les jeunes professionnels, Emily a agi comme chargée de projet, examinatrice technique et énergéticienne pour plus de 70 projets d’énergie industriels, incluant des audits énergétiques, des examens de conception énergétique, des projets d’amélioration de l’efficacité énergétique, des études et la mise en oeuvre de systèmes d’information de gestion énergétique. Emily était également membre de l’équipe du premier programme pilote canadien visant à aider les entreprises à se confirmer la norme de gestion de l’énergie ISO 50001. Elle a commencé sa carrière avec cinq ans d’expérience dans l’industrie des piles à combustible.

 

Lire plus d’articles des formateurs CIET

Abonnement à l'infolettre

Yes, I consent to receiving CIET communications. I understand that I may unsubscribe at any time.

Partage tes besoins de formation!

Tu aimerais avoir une formation spécifique? Laisse-nous savoir!

mailExprimer mon intérêt
Besoin d'aide ?

Envoyez-nous un message et nous vous répondrons dès que possible.